Antigone d’Arthur Honegger

Voici un opéra extrêmement rare qui n’est plus joué de nos jours. Les enregistrements sont peu nombreux et ne sont pas réédités : il est donc difficile de le trouver en CD, même d’occasion. Pourtant c’est une œuvre majeure d’Arthur Honegger. Il s’agit d’un bel exemple de musique atonale. L’opéra est court, 45 minutes. Le rythme est rapide, sans temps mort : on ne s’ennuie pas. La musique souligne bien la colère des personnages – et il y a beaucoup de colère dans cet opéra… Le texte de Jean Cocteau est en français, ce qui nous permet de suivre l’histoire sans avoir besoin du livret. Alors pourquoi cet opéra n’est-il plus représenté ? Peut-être simplement parce qu’il s’agit de la version classique d’Antigone, manichéenne, où Créon est un chef d’état autoritaire et rien d’autre. Jean Anouilh, en réinterprétant le mythe, a définitivement ringardisé cette version. C’est dommage car l’opéra de Honegger mérite d’être écouté.